Ce recueil exclu la Bible, qui est pour ma part un livre saint qui apporte la vie dans la vie des gens et qui l’a fait pour moi.

Ceci dit, parmi les livres qui ont changé ma vie je vais citer les 3 suivants:

1- La Magie De Voir Grand, de David J. Schwartz.

Ce livre m’a choqué dès la préface avec l’histoire du vendeur Harry qui a réalisé 5 fois plus de performances en ventes que ses collègues, non pas parce qu’il est 5x plus intelligent, ni 5x plus travailleur, mais simplement parce qu’il a vu 5x plus grand qu’eux. Ce livre m’apprend que pour réussir je dois croire, avoir confiance en moi et une attitude positive, adopter les outils appropriés. Je dois soumettre la production des pensées de mon esprit au contremaître Monsieur Succès. La maladie principale de l’échec c’est l’excusite, il s’agit des bonnes raisons d’abandonner qui se présentent à moi en permanence, et les plus connus ont trait à la santé, à l’intelligence, à l’âge, à la chance. Je dois briser la peur car c’est une maladie qui paralyse sa victime. Il est aussi important de prendre contrôle de mes motions car celles-ci déterminent mes émotions, or c’est la pensée qui engage la réussite. Je dois être positif dans mon travail et chercher à aider les autres. Tout est possible dans la vie, impossible est synonyme d’échec. Je dois m’améliorer tous les jours pour être une meilleure personne, et bien sûr apprendre à tirer des leçons de mes expériences pour progresser. Je dois aussi apprendre à écouter ainsi que à consulter les autres car c’est une excellente source d’apprentissage. Je dois également inspirer le respect à travers mes actions. Par ailleurs ma personnalité, mes attitudes et mes habitudes résultent non seulement de mon environnement mais aussi de la qualité de nourriture que je donne à mon esprit, je dois y veiller. Je dois cesser d’écouter la voix de l’échec ou des pensées négatives et limitantes; par contre je dois cultiver l’enthousiasme, les respect d’autrui et le service rendu. Les gens qui réussissent passent à l’action. L’action doit précéder l’action, et la seule façon de passer à l’action c’est l’action accompagné de l’esprit d’initiative. L’action élimine la peur et restaure la confiance. Pour réussir je dois me fixer des objectifs, un calendrier et des délais; Ensuite je dois accomplir mes tâches une par une et étape par étape. Sans oublier de veiller sur ma communication avec les autres ainsi que la protection des personnes sous mon autorité.

2- Le Quadrant du Cashflow, de Robert T. Kiyosaki

Ce livre m’a fait comprendre que pour être une personne équilibrée je dois me développer sur les quatre dimensions physique, mentale, émotionnele et spirituelle. Cependant l’école traditionnelle ne s’occupe que de la dimension mentale, elle nous forme à évoluer dans les quadrants Employé (E) et Indépendant (T). Nous restons de ce fait à la limite ignorant même de l’existence des quadrants Propriétaire (P) et Investisseur (I). L’école traditionnelle nous enseigne la motivation par la peur (d’échouer, de commettre des erreurs, …) et ne nous prépare donc pas aux réalités de la vie ni à l’éducation financière. Il existe trois types de pont vers la liberté financière, chacun ayant ses avantages et ses inconvénients: je peux créer mon propre système, ou acheter un système existant, ou devenir membre d’un système de marketing relationnel. Sur le chemin de la liberté financière je pourrais faire face à beaucoup d’échecs, car l’échec fait partie intégrante du processus de la réussite. Je ne dois pas négliger l’appui d’un mentor. Ce livre m’apprend aussi que l’argent est invisible, si oui par l’esprit et non par la vue et c’est la raison pour laquelle 9/10 investisseurs ne font pas d’argent. La majorité des gens E et T investissent à 95% avec leurs yeux et à 5% seulement avec leur esprit, ce qui est l’inverse dans les mondes P et I, où on voit seulement 5% avec les yeux et 95% avec l’esprit. J’ai aussi appris que le banquier lorsqu’il me parle d’actifs et de passifs, il le fait d’après ses propres états financiers et non d’après les miens. Or si pour moi mon épargne est un actif, pour le banquier ça représente un passif. Devenir riche ne s’apprend pas à l’école. Pour être riche je dois sortir de la foule, car si je fais ce que tout le monde fait j’aurai le résultat que tout le monde a. Devenir riche répond à la conjugaison de trois verbes: ETRE -FAIRE- AVOIR. Le passage des quadrants de gauche (E,T) vers la droite (P, I) répond plus au « ETRE ». Dans les deux côtés (gauche et droite) du quadrant nous devons gérer les émotions. Le QI financier est à 90% émotionnel et seulement à 10% technique. Une personne est dite adulte lorsqu’elle sait passer du quadrant gauche (E,T) à celui de droite (P, I). Ce qui semble logique d’un côté peut s’avérer insensé de l’autre. C’est la gestion de mes émotions (ETRE) qui détermine les actions que je poserai (FAIRE) afin d’obtenir le succès et la liberté financière que je désire (AVOIR). Le riche crée l’argent et se passe pour le banquier, il sécurise ses revenus et protège ses actifs. Le côté droit du quadrant offre de nombreux avantages y compris sur le plan fiscal. Contrairement à la liberté financière, la sécurité financière exige de payer le prix fort en matière de taxes et d’impôts. Je dois bâtir mon entreprise premièrement, et acheter l’immobilier ensuite. A l’ère de l’information, les informations de qualité constituent mon actif le plus important. Les E, T commettent généralement l’erreur de ne pas passer à l’action par peur d’échouer ou par besoin de plus d’informations. Ils sont alors victime de la maladie appelée paralysie de l’analyse. Ce n’est pas la quantité d’argent que je gagne qui me rend riche, mais c’est mon éducation mentale, émotionnelle et financière. Je dois enfin faire la différence entre risque et risqué. Les affaires et les investissements ne sont pas risqué, mais le manque de connaissance est risqué. En conclusion, je dois passer à l’action et apprendre à connaître le monde de l’investissement et le monde des affaires.

3- Personnalité plus, de Florence Littauer

Ce livre m’a permis de me comprendre personnellement et m’a appris à comprendre les autres. Il décrit les quatre types de tempérament qui sont les sanguins, les colériques, les mélancoliques et les flegmatiques. Les deux premiers sont des extravertis tandis que les deux derniers sont les introvertis. Les sanguins sont plein d’énergie et aiment l’ambiance, mais ils oublient facilement leurs engagements. Les colériques sont des travailleurs acharnés, qui aiment relever des défis; malheureusement ils sont souvent traités injustement car vu qu’ils sont parfois très compétents ils se trouvent parfois lésés en ce qui concerne les postes de responsabilité. Les mélancoliques quand à eux sont des personnes qui analysent beaucoup, ils ne s’engagent pas tant qu’ils ne comprennent pas, ils prennent du temps pour se décider, mais leur décision est parfois irréversible. Quant aux flegmatiques, ce sont des personnes qui sont agréables à vivre, elles sont simples, elles savent écouter, mais elles manquent d’enthousiasme et d’ambition.

Il n’y a pas de bon ni de mauvais tempérament, mais tous sont complémentaires; chacun a ses points forts, ses points faibles et les améliorations à faire pour être une meilleure personne. Mais prendre conscience de leur existence et du travail à faire est un bon point de départ.

Cet article participe à l’événement « Les 3 livres qui ont changé votre vie » du blog Des Livres pour changer de vie. J’apprécie beaucoup ce blog, et mon article préféré est celui-ci: 10 choses à faire pour augmenter votre productivité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 24 =